The Tracker

Une grosse pointure tr��_��__��_��___s l��_��__��_��___g��_��__��_��___��_��__��_��___re

100 day trial available

Tracker FG Mens

€230

Cette chaussure de randonnée légère et en cuir a été conçue pour les terrains accidentés et hors des sentiers battus. Le modèle Tracker est doté de notre semelle Firm Ground avec des crampons à chevrons pour une bonne adhérence sur les sentiers et terrains escarpés. Cette chaussure minimaliste est entièrement étanche, avec une membrane intérieure scellée renforcée par un revêtement en cuir hydrophobe. La semelle intérieure thermique amovible vous permet d'explorer la nature par tous les temps.

1. Select Colour: Black
2. Select EU Size:
3. Optional Extras:

A selection of laces, insoles and apparel to pair with your Vivo's

This shoe fits true to size

Select size to show stock
   
100 day trial for barefoot beginners

We're confident that after 100 days of au natural foot freedom (you need to give them a proper outing) your feet will love being feet. So we're happy to give you a no-quibbles test run for 100 days.

All major credit cards accepted.

La collection Tracker prouve bien que la technologie barefoot est adaptée à tous les terrains. 

Cette chaussure de randonnée résistante peut s'attaquer à n'importe quel terrain -- du Toubkal à la Montagne de la Table , tout en étant suffisamment légère pour l'emporter dans le sac à dos.

  • Cuir de qualité supérieure pour l'action – cuir résistant à l'eau
  • Construction étanche – avec une membrane intérieure scellée
  • Semelle moulée – crampons de 3 mm adaptés à tous les types de terrains
  • Lacets de montagne – pour une adhérence anti-dérapante
  • Semelle intérieure thermique amovible – apporte jusqu'à 300 % de protection thermique en plus

Weight : 1100g

Tracker FG Mens DNA

PRO5
PRO5

Semelle brevetée ultra-mince et résistante à la perforation. 5 fois plus résistante à la perforation qu'une semelle standard de la même épaisseur.

Waterproof
Imperméable

Coutures thermocollées et/ou bottine à intérieur hydrophobe avec des matériaux non absorbants, pour éviter que l'eau ne pénètre, quelles que soient les conditions météorologiques.

WP Leather
Cuir WP

Cuir durable de haute qualité avec traitement spécial contre la pluie.

Tough Rubber Compound
Caoutchouc résistant

Caoutchouc résistant, ne laissant pas de traces, pour offrir adhérence et haute abrasion lorsque vous en avez le plus besoin.

Removeable Thermal Insole
Semelle intérieure thermique

Une semelle intérieure isotherme de 3,5 mm , associant la régulation thermique Outlas (TM), une feuille réfléchissante et une mousse isolante, vous offrant 3 fois plus de protection thermique qu'une semelle standard.

LES CHAUSSURES DE RANDONNÉE ULTRA-LÉGÈRES ORIGINALES.

Parmi nos gammes principales en constante évolution, le modèle Tracker témoigne de notre conviction de pouvoir aller pieds nus sur tous les types de terrain, même les plus extrêmes. Testées et approuvées du mont Toubkal à Tabletop Mountain, ces chaussures présentent également l'avantage d'être suffisamment légères pour les transporter dans votre sac à dos lors du voyage.

Conçues pour les terrains sauvages et accidentés avec notre nouvelle semelle pour sol dur, ces chaussures de marche minimalistes sont munies d'une doublure étanche et d'une protection thermique pour des pieds parés pour explorer la nature.

Reviews

De vraies qualités, et des points à améliorer

Randonneur et coureur étant passé aux chaussures minimalistes (FiveFingers et Trail Glove principalement), je cherche depuis longtemps une solution pour la rando et/ou le trail en conditions humides et froides.

Après plusieurs essais décevants avec d’autres marques, je me suis résolu à acheter la Tracker FG, malgré mon aversion pour le cuir, et en sachant qu’il est hors de question de courir avec.

Qualités :
— L’étanchéité.
Très satisfaisante. Résiste parfaitement à plusieurs averses. Après quelques heures de marche sur des chemins trempés et de la neige fondante, l’humidité se ressent à peine au raz de la semelle, je suis agréablement surpris.
(Pour bien être sûr qu’il ne s’agissait pas que de transpiration, test de la baignoire : immersion 8h dans 4 cm d’eau. Résultat, on retrouve les mêmes discrètes infiltrations, l’étanchéité est comparable à des chaussures des GoreText neuves, et bien meilleure que les autres membranes que j’ai pu tester).

— La semelle Off Road.
Épaisseur de 6 mm crampons inclus, c’est exactement ce que je recherche dans mon optique minimaliste. Évidemment, pour ceux qui n’y sont pas habitués, l’entraînement doit être progressif. Bonne idée de la semelle thermique amovible, que l’on peut retirer pour plus de proprioception, ou laisser pour plus de confort sur terrain agressif.
Les crampons de 3mm ont un très bon grip sur rochers secs. Naturellement, ils ne font pas de miracle sur les rochers mouillés ou dans la boue, on ne peut pas tout avoir.

— La largeur de la Toebox.
Merci à Vivobarefoot de faire partie de ces rares fabriquants qui regardent à quoi ressemble un pied avant de dessiner une chaussure. La forme anatomique avec Toebox large, c’est tout simplement du bon sens, et je n’arrive pas à comprendre pourquoi autant de gens continuent à se torturer les pieds dans des chaussures «classiques» resserrées au bout, qui ressemblent à tout sauf à un pied.

Défauts
— Le manque de hauteur de la toe box.
C’est défaut récurrent chez Vivobarefoot, souvent relevé par les utilisateurs.
J’avoue que j’ai du mal à comprendre : Vivobarefoot a fait un travail remarquable concernant la forme du pied vu de dessus, pourquoi n’avez vous pas fait le même travail sur le pied vu de profil lorsqu’il est en mouvement?
N’avez-vous jamais entendu parler du windlass mechanism, et en particulier du windlass mechanism actif juste avant la pose du pied ? (extension active du gros orteil par anticipation, qui provoque un étirement du fascia plantaire et une mise en tension réflexe des muscles intrinsèques sous l’arche médiale du pied… Vous trouverez plein d’explications sur Youtube)
Beaucoup de utilisateurs se plaignent de cette toebox trop basse, qui a tendance à comprimer l’ongle du gros orteil. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que ce manque de hauteur
est aussi un frein au windlass mechanism, et donc un frein permanent à l’adoption d’une démarche barefoot naturelle : pas d’extension libre du gros orteil, pas de mise en tension du fascia plantaire et d’activation réflexe des muscles intrinsèques, impossible pour le système nerveux central de doser idéalement la commande des muscles du complexe suro-achilléo-calcanéo-plantaire pour amortir puis relancer le pas avec le maximum d’efficacité.

Cela est particulièrement vrai dans les descentes, où d’innombrables d’utilisateurs en transition vers le minimalisme se plaignent de ne pas trouver la bonne méthode pour trottiner légèrement en atterrissant le médio-pied. Je suis prêt à parier que la plupart d’entre eux ont encore des chaussures qui compriment trop le gros orteil, que ce soit en largeur (les chaussures traditionnelles), ou en hauteur (les vivobarefoot), et que la solution ne viendra que lorsqu’ils auront libéré le gros orteil dans toutes les directions.

Peut-être que ce problème est moins gênant pour les pieds grecs, dont le gros orteil est plus court. D’accord, mais les pieds grecs, c’est environ 25% des gens, contre 50% à 65% de pieds égyptiens. C’est donc sur ce modèle là que vous devriez raisonner.

J’ai déjà eu une expérience malheureuse avec une paire de Primus FG commandées «à ma taille» selon la grille Vivobrafoot, soit 41 : inutilisables pour la course à cause de cette compression du gros orteil, et recyclées en chaussures de ville.
J’ai donc commandé les Tracker une taille au dessus, en 42. Sans la semelle thermique, ça va à peu près pour le gros orteil, mais le reste de la chaussure est trop grand. Il faut vraiment serrer les lacets à fond pour que le pied ne glisse pas trop. Avec la semelle thermique, le pied est un peu plus stable, mais le gros orteil est parfois gêné dans les descentes.
Un 41,5 avec une toebox plus haute aurait été parfait.

— L’absence de demi-pointures.
C’est la suite logique du commentaire précédent. Je sais bien qu’augmenter le choix des pointures soulève des problèmes de stocks. Oui, mais nous ne sommes plus à l’époque ou chaque magasin devait avoir son stock. À l’heure où de plus en plus d’achats se font en ligne, ne serait il pas possible d’avoir stock de demi-pointures, même si elles sont toutes entreposées à un seul endroit pour toute l’Europe, quitte à annoncer des délais de livraison, un peu plus longs ?

— Un grosse couture juste sous la plante du pied.
Quand on retire la semelle thermique, on découvre cette couture énorme en plein.
milieu. En fin de rando, quand la plante du pied commence à chauffer, cette couture occasionne déjà un léger frottement. Et encore, les températures ne dépassaient pas 12°. Qu’en sera t’il en plein été ?
Il y a déjà une couture à droite et une couture à gauche, celle du milieu était-elle vraiment indispensable ?


Points sujets à discussion :
— Le poids / le cuir.
Avec 470g, peut on encore parler de chaussure minimaliste, surtout quand on a pris l’habitude de randonner et courir avec des chaussures de moins de 200g ?

Je sais bien qu’avec du cuir, il est difficile de faire plus léger, et que la Tracker est sans doute l’une des chaussures cuir les plus légères du marché.
J'imagine aussi que le compromis entre étanchéité, résistance et poids est sans doute un vrai casse tête. J’ai souvent été déçu par les chaussures GoreTex, qui perdent rapidement leur étanchéité (sans parler d’autres membranes, carrément décevantes)
Est-ce que le cuir hydrophobe est réellement la seule solution pour avoir un produit étanche et durable ? Je n’ai pas les éléments de réponse. Si c’est oui, alors je considèrerai que le choix de ce matériau, et donc de ce poids, et de tout la problématique éthique qui va avec, est un mal nécessaire.

Par contre, si il existe un matériau synthétique qui pourrait garantir les mêmes qualités d’étanchéité, avec un poids inférieur, tout en étant plus consensuel sur le plan éthique, alors ce serait vraiment une bonne idée d’ajouter ce produit à votre gamme.

(J’avais bien hésité avec la Hiker, mais elle n’était pas officiellement certifiée waterproof, et je la trouvais déjà bien lourde : plus de 400g pour une chaussure dont l’étanchéité n’est pas garantie, je ne voyais pas l’intérêt.)

Concernant le poids, pensez en particulier au nombre croissant de trekkeurs qui randonnent en minimalistes légères (FiveFingers, sandales…) et souhaiteraient disposer d’une 2e paire étanche/thermique en fond de sac si les conditions deviennent difficiles, sans pour autant revenir à l’antique chaussure de rando du XXe siècle. Avec près d’un kg la paire, je doute qu’ils choisissent la Tracker. Ceux qui supportent les chaussures à bout resserré et les semelle à gros drop iront vers les modèles trail avec guêtre intégrée de Salomon, North Face, Saucony, ceux qui acceptent les semelles épaisses iront vers Altra...
En version légère, étanche, coupe anatomique, zéro drop et semelle minimaliste, il y a vraiment un créneau à prendre.

— La tige montante.
La tige montante peut avoir 3 objectifs :
Maintenir la cheville.
Améliorer l’étanchéité en cas de risque de submersion (flaque, neige)
Protéger la malléole contre les chocs.

Évacuons tout de suite le maintien de la cheville. Tous les adeptes du minimalisme ont bien compris que c’était un mythe. Soit la tige est relativement souple (la plupart des chaussures de rando tige haute, dont la Tracker), et dans ce cas ce «maintien» n’a qu’un effet rassurant, de type placebo, face aux forces de plusieurs centaines de Newton qui s’exercent sur la cheville. Au pire, ça amène une baisse de la vigilence, et les gens se tordent encore plus la cheville (et on observe logiquement l’inverse en FiveFingers…)
Soit le maintien est rigide (quelques chaussures hyper-lourdes de type Meindl, les chaussures d’alpi cramponnables), alors la cheville est effectivement maintenue, le pied ne joue plus son rôle d’amortisseur, et on sait maintenant que toutes les contraintes se reportent sur le genoux et les hanches. Sur terrain glaciaire, difficile de faire autrement. Dans tous les autres cas de figure, il serait temps d’abandonner une fois pour toutes cette croyance d’un autre âge.

Pour l’étanchéité, il est tout à fait possible de concevoir une chaussure tige basse prolongée par une guêtre intégrée, solution déjà proposée par d’autres constructeurs :
guêtre qui enveloppe la chaussure (ex : Salomon S-lab XA Alpine, Saucony Razor Ice+), ou guêtre qui prolonge la chaussure (ex : Scarpa Atom S). Pour l'instant, toutes semblent avoir des soucis d'étanchéité ou de résistance, celle de Scarpa n’a même pas de fermeture éclair qui permettrait de l’ouvrir quand les températures montent, mais il y a certainement des idées à explorer.

Pour les chocs contre des malléoles, là aussi il s’agit le plus souvent d’une peur infondée, voir d’un effet contre productif d’une baisse de vigilence due à l’abus de protection. En chaussures basses, on fait naturellement plus attention, et on se cogne moins les malléoles. Si il faut vraiment rassurer les acheteurs, on peut toujours imaginer la guêtre intégrée avec un renfort de type néoprène au niveau des malléoles. Restent éventuellement les moraines ou les éboulis instables où de gros blocs pourraient rouler sur la cheville…

Attention enfin à ne pas simplement remplacer la tige haute par une tige mi-haute. La tige mi-haute peut avoir l’effet rassurant attendu par certains acheteurs, mais il est difficile d’y fixer une guêtre. L’usage dans la neige serait ainsi compromis, sauf si un dispositif d’accroche est déjà prévu sur la chaussure.


Conclusion :
Pour des randos à la journée en conditions hivernales ou pluvieuses, la Tracker fait le job : les pieds restent au sec, le ressenti sous la semelle est sympa. Mais entre le gros orteil qui manque parfois de place en hauteur, l’obligation de serrer à fond un modèle légèrement trop grand sans autre choix possible, le poids auquel on n’avait plus l’habitude, et la tige haute plus encombrante que nécessaire, le plaisir n’est pas toujours au rendez-vous.
Néanmoins, en l'absence de produit concurrent qui associe forme anatomique, semelle minimaliste et étanchéité, la Tracker est un bon compromis.

Pour un trek version XXIe siècle, où de plus en plus de gens randonnent en minimalistes légères et auraient besoin d’une paire complémentaire en fond de sac en cas de conditions difficiles, sont poids risque d’être disqualifiant.

En espérant que ces remarques aideront à développer de futurs modèles.

Solides

Belles et solides chaussures, attention elles taillent un peu petite par rapport aux autres modèles.

Très satisfait

Très satisfait de mon achat, chaussures qui protègent bien des éléments, idéales pour partir à l'aventure.

NewerOlder
Join our mailing list

Receive exclusive updates on sales, stories & product launches

Receive exclusive updates on sales, stories & product launches